Informatique

A propos du ad doubleclick

HISTORIQUE:

La rétention de données liées à des requêtes de moteur de recherche est une question relative à la sécurité, et ce ne sont pas les affaires de responsables officiels européens en charge de la protection des données. Voici en substance ce qu’a déclaré Peter Fleischer, directeur en charge de la vie privée chez Google.

Selon nos confrères de The Register et de WebProNews, Fleischer a indiqué que la rétention des données utilisateurs relatives aux recherches effectuées sur le célèbre moteur de recherche  » ne sont pas de leur ressort « .

Fleischer a ajouté qu’il est intéressant d’entendre les points de vue d’observatoires européens du groupe de travail de l’Article 29 ( voir notre précédente actualité ), mais que cette question ne les concerne pas.

La politique de conservation des données par Google est en effet très controversée actuellement – notamment suite au rachat de DoubleClick. L’ Europe souhaite ainsi que le géant de Mountain View lui spécifie la façon dont il collecte les données.

De nombreuses craintes se sont fait jour quant à la possibilité, pour Google, de pouvoir suivre – ou carrément tracer – les activités des internautes grâce aux cookies présents sur ses divers services. Ces données pourraient également permettre l’identification très précise d’un individu, de ses goûts, habitudes, etc. Pour Fleischer, la Commission européenne fait donc fausse route, et le bon département pour s’occuper de cette question devrait être celui de la sécurité.

Microsoft soutient une campagne de protestation suite au rachat par Google de la régie publicitaire DoubleClick. Le géant de Redmond estime que cette acquisition par le numéro un mondial de la recherche créerait inéluctablement une situation de monopole sur le marché de la publicité en ligne.

La polémique est née du fait que DoubleClick possède de nombreuses informations financières sur ses clients, données stratégiques que Google pourrait décider d’exploiter à son avantage.

Rappelons que DoubleClick sert d’intermédiaire entre annonceurs et diffuseurs sur Internet et qu’il est le leader dans le contenu interactif, le Rich Media et le tracking des utilisateurs sur la toile.

Aujourd’hui, Brad Smith, vice-président et conseiller général de Microsoft, s’inquiète dans un communiqué : « Cette offre de rachat soulève de sérieuses inquiétudes concernant la concurrence et la protection des données. En cela, elle donne au couple Google/Doubleclick un contrôle sur la publicité en ligne sans précédent et un accès à une énorme quantité d’informations sur les consommateurs en traquant ce qu’ils font en ligne. Nous pensons que cette fusion mérite un examen minutieux des autorités de régulation pour préserver la concurrence du marché de la publicité en ligne.  »

Mark May, analyste chez Needham & Co, a déclaré que « Google se devait de procéder avec précaution s’il voulait éviter toute polémique suite à cette nouvelle acquisition  ».

D’après certaines estimations, l’association de Google et DoubleClick permettrait à Google de contrôler plus de 80% du marché de la publicité en ligne.

« Le marché de la publicité est extrêmement compétitif et dynamique et, avec ou sans DoubleClick, Google ne sert qu’une fraction de ce marché  », a déclaré un porte-parole de chez Google.


Quelques rappels sur Google…
Rappelons brièvement que Google a été créé par deux étudiants de Stanford, Larry Page et Sergey Brin en 1996. D’abord nommé BackRub, il fut rebaptisé Google en septembre 1997. Un an plus tard, la société est créée. En 2007, Google réalisa un chiffre d’affaire de 16,5 milliards de dollars. Contre 440 millions en 2002. Avec de tels bénéfices, on comprend mieux la stratégie de rachat par Google de sociétés prometteuses. Et de tels rachats se comptent par dizaines.

Une politique de détection et de rachat
Google rachète ou crée des filiales dans de nombreux domaines : publicité contextuelle, statistiques (Urchin, acquise en 2005), photographie, vidéo (Youtube, célèbre rachat qui coûta 1,65 milliard de dollars), plateforme de blogs (Pyra Labs, rebaptisée… Blogger), gestion de flux RSS (Feedburner), outils de téléphonie mobile…
Parallèlement à ces rachats, et favorisée par ces derniers, on assiste régulièrement à la création par Google de services en ligne gratuits.
Aujourd’hui, Google ne contrôle pas seulement les résultats de vos recherches. Il gère vos mails avec Gmail, la publicité en ligne avec AdWords et AdSense, il héberge vos blogs avec Blogger et gère en prime leurs statistiques. Il cartographie la terre entière et vous prend en photo en train de passer la tondeuse avec Google Maps et Google Earth. A ce propos, il ne s’arrête pas à la Terre, il cartographie également la planète Mars avec une précision tout simplement incroyable : Google Mars.

Google vise au-delà d’Internet
Ce qui est impressionnant, c’est la faculté qu’a Google de toucher à tout. Le web n’est pas assez grand pour l’entreprise californienne qui s’est déjà attelée à créer Google Health, base de donnée centralisant les dossiers médicaux des patients américains.
Dernièrement, une information a fait peu de bruit : la production d’une série de dessins animés, entièrement financée par Google AdSense. Avec à la clé, qui sait, peut être la possibilité pour Google de financer des films ou des séries TV dans un futur proche…
Même la téléphonie mobile est concernée, avec le projet de Google Phone, visant ouvertement le marché de l’iPhone.

Qu’est ce qu’un spy, cookies..



Laisser un commentaire

actforchange |
collectif d'enseignants de ... |
Actions pour la Palestine à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'oeil dans le pli
| Convention Collective 66
| toutazimuths