Hasta siempre

En fait il y a suffisamment de liens sur mon blog pour expliquer comment j’ai vu le monde fonctionner, comment il tourne et quelles solutions apportées ou en tout cas quelles vigilances avoir, alors pour finir, et après si je reviens ce sera soit pour la mobilisation, soit pour la récréation et des messages qui font du bien, donc pour finir voila pourquoi je lâche le blog:

http://www.dailymotion.com/video/xignsy

et pour rigoler encore un peu avec les enfants qui peuvent regarder ça et comprendre mieux que nous:

http://www.dailymotion.com/video/xbec7n



Jean Ziegler



La cigale ne chantera plus.

Image de prévisualisation YouTube

Je demande le silence

 

Qu’on me laisse tranquille à présent. dsc01395.jpg

Qu’on s’habitue sans moi à présent.

 

Je vais fermer les yeux.

 

Et je ne veux que cinq chose,

cinq racines préférées.

 

L’une est l’amour sans fin.

 

La seconde est de voir l’automne.

Je ne peux être sans que les feuilles

volent et reviennent à terre.

 

La troisième est le grave hiver,

la pluie que j’ai aimée, la caresse

du feu dans le froid sylvestre.

 

Quatrièmement l’été

rond comme une pastèque.

 

La cinquième chose ce sont es yeux,

ma Béa, bien-aimée,

je ne veux pas dormir sans tes yeux,

je ne veux pas être sans que tu me regardes:

je change le printemps

afin que tu continues à me regarder.

 

Amis voilà ce que je veux.

C’est presque rien et presque tout.

 

A présent si vous le désirez partez.

 

J’ai tant vécu qu’un jour

vous devrez m’oubliez inéluctablement,

vous m’effacerez du tableau :

mon coeur n’a pas de fin.

 

Mais parceque je demande le silence

ne croyez pas que je vais mourir :

c’est tout le contraire qui m’arrive

il advient que je vais me vivre.

 

Il advient que je suis et poursuis.

 

Ne serait-ce donc pas qu’en moi

poussent des céréales,

d’abord les grains qui déchirent

la terre pour voir la lumière,

mais la terre mère est obscure,

et en moi je suis obscur :

 

je suis comme un puit dans l’eau duquel

 

la nuit dépose ses étoiles

et poursuit seule à travers la campagne.

 

A présent, comme toujours, il est tôt.

La lumière vole avec ses abeilles.

 

Laissez moi seul avec le jour.

Je demande la permission de naître.

 

Claude Guignabert.

(texte de Pablo Neruda)

Dimanche 8 mai  à 11h 30 mon père est partit rejoindre le grand TOUT, l’universel.

Il sera incinéré vendredi 13 mai à 10h et ses cendres seront dispersés en mer.

 

La cigale ne chantera plus. dsc01119



actforchange |
collectif d'enseignants de ... |
Actions pour la Palestine à... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'oeil dans le pli
| Convention Collective 66
| toutazimuths